Jean-Baptiste Moimeau – 2ème année DUT GMP (2018-2019)

Au lycée, je n'étais pas dans les meilleurs, loin de là. Je visais plutôt un BTS ou un DUT. J'ai eu la chance de rentrer ici et la formation m'a tout de suite plu. Je me suis mis à travailler et à m'impliquer très rapidement. Ce que j'ai tout de suite apprécié c'est que l'on parle de choses concrètes autour de la mécanique. J'apprécie particulièrement les TP qui sont assez nombreux. On met en pratique ce que l'on voit en TD. Ça m'a vraiment permis d'accrocher. D'autre part, en dynamique des structures, le fait que l'enseignant ait vraiment fait ressortir la méthode de résolution d'un problème de DDS de manière générale, cela nous a permis de comprendre que même si les supports des problèmes sont différents, la méthode pour les aborder ne change pas. Du coup, j'ai pu avoir des notes correctes dans cette matière réputée difficile et ça m'a motivé. Cela m'a aussi permis de mieux comprendre ce que l'on attendait de nous en termes de travail personnel.

Ce que je conseille à un futur étudiant en GMP, c'est de bien commencer le semestre 1, c’est-à-dire à se mettre à travailler beaucoup tout de suite ! En particulier lorsque l'on vient de STI2D, car on n'a pas vraiment des habitudes de travail personnel … C'était mon cas et il a fallu que je travaille beaucoup pour rattraper le niveau. Je me suis rendu compte que j'avais des possibilités et qu'avec du travail je pouvais peut être prétendre à une poursuite d'étude ! Ce qui est bien à l'IUT, c'est que ce travail paye. Ce n'est pas toujours facile de s'y mettre rapidement mais c'est hyper important. Par exemple, au semestre 3 c'est ce que l'on a fait, car on sait qu'il est difficile. Ça nous permet de ne pas prendre de retard.

Les commentaires sont fermés.